Sélectionner une page

Centre d'interprétation du monde souterrain,

de l’eau et du karst

©Christine Subissereta

©Christine Subissereta

©Vincent Kulesza

©Patrick Bessueille

©Gérard Tourbier

©Patrick Bessueille

PNR des Préalpes d’Azur

pnr prealpes d azur, grotte baume obscure, centre interpretation monde souterrain eau et karst, speleologie, projet leader, alpes maritimes, saint vallier de thiey, grasse, arriere pays grasse

Accueil
Le monde souterrain
Les sites karstiques
Les chemins de l’eau
La biodiversité
Histoire et préhistoire
Spéléologie
Contact

Le centre d’interprétation
La démarche Leader
Le réseau des acteurs
L’offre d’activité
Les projets en cours
Évènement à venir

Centre d’Interprétation du Monde souterrain,
de l’eau et du Karst des Préalpes d’Azur

 

Ce projet de centre d’interprétation répond aux appels à propositions correspondant à deux des sept axes prioritaires définis sur le territoire Parc Naturel régional des Préalpes d’Azur  dans le cadre du programme de subventions LEADER 2014-2020 : la valorisation des patrimoines et le développement de l’offre de tourisme (voir informations sur l’aide de l’Europe dans la rubrique « démarche Leader » )

 

D’abord qu’est-ce qu’un centre d’interprétation ?

Initialement l’interprétation du patrimoine est une doctrine anglo-saxonne liée à la visite des parcs naturels américains, encadrée par des guides spécialisés afin de faire comprendre un patrimoine naturel ou historique. Ses principes ont été formalisés par le journaliste Freeman Tilden en 1957 dans un ouvrage devenu une référence : Interpreting our heritage. L’interprétation postule que la seule contemplation ou l’information scientifique ne peut conduire à la compréhension d’un lieu et à la satisfaction des attentes de ses visiteurs. Il faut un guide, un traducteur, un interprète, pour révéler le sens caché de ce qui est immédiatement visible. L’interprétation vise alors à impliquer le visiteur par l’expérience et l’émotion pour que ce dernier comprenne, apprécie et, in fine, protège ce qui est interprété. Dans ce cadre conceptuel, les centres d’interprétation sont issus des structures d’accueil des visiteurs (visitor centers) où étaient exposés les supports matériels utilisés par les guides interprètes en introduction de leur visite. En France, les centres d’interprétation ont commencé à vraiment se développer autour des années 2000 en touchant des thématiques variées : histoire, archéologie, ethnographie, environnement, histoire naturelle, etc. Pour l’essentiel, il s’agit dorénavant de pouvoir présenter au public, en un lieu dédié, soit un patrimoine diffus, difficile d’accès, ou bien trop grand pour être exposé dans un musée. Dans ces espaces, le sens du discours est alors plus important que la mise en valeur de vrais objets.

 

Le contexte géographique justifiant l’existence d’un centre d’interprétation dédié au monde souterrain et à l’environnement karstique.

Les Préalpes d’Azur sont un château d’eau du littoral ouest azuréen. Elles sont en grande partie constituées de massifs calcaires dans lesquels l’eau a creusé grottes, gouffres et canyons pendant des millions d’années. Cette eau y a façonné des paysages typiques et des formes géomorphologiques variées, l’ensemble formant ce que les géologues appellent des karsts. Sous terre elle a creusé des réseaux complexes de galeries, de puits et de salles souterraines qu’explorent les spéléologues et qu’étudient les hydrogéologues ainsi que les karstologues. Près de 2000 cavités – la plupart se situant dans la partie sud-ouest du territoire – ont été inventoriées, soit un total de plus de 140 kilomètres de réseaux explorés pour une profondeur maximale de près de 500 mètres. Elles font partie en majorité des bassins d’alimentation de la Siagne, du Loup, de la Cagnes et de l’Estéron. Au cœur de ces immenses massifs calcaires, sous terre et en surface, une vie extrêmement riche s’est épanouie dans une grande diversité d’habitats et de climats, du plus profond des gouffres et des canyons jusqu’aux hautes falaises et sommets de l’Audibergue et du Cheiron. Sur le plateau calcaire de Saint Vallier de Thiey, en bordure de la haute vallée de la Siagne et dans l’extrême amont d’une des plus importantes rivières souterraines de la région, la grotte de Baume Obscure a été aménagée dans les années quatre-vingt par des spéléologues passionnés. Cette cavité est une synthèse de ce qui peut être exploré, étudié et admiré sous terre dans le Parc Naturel Régional des Préalpes d’Azur. Elle est encore aujourd’hui exploitée par des spéléologues dont la volonté est de faire de ce site naturel un espace d’information et de valorisation du patrimoine souterrain et karstique à des fins aussi bien éducatives que touristiques.   C’est pourquoi est né le projet d’un « Centre d’Interprétation du Monde Souterrain, de l’Eau et du Karst» dont le centre-pilote sera la Baume Obscure avec des ramifications dans les autres sites partenaires pour des animations itinérantes faisant appel aux outils de médiation mis à disposition par le centre : expositions, montages audiovisuels, parcours sonorisé, … Les publics visés sont les habitants du territoire ainsi que les visiteurs extérieurs.

 

Objectifs et contenu du projet

Par le développement d’un réseau de partenaires – autres gestionnaires de sites naturels et acteurs du tourisme, associations, lieux culturels de la collectivité territoriale (musées, médiathèques, …) nous souhaitons contribuer à compléter le maillage culturel du territoire. Lieu d’information et de pédagogie ce centre d’interprétation s’adresse autant aux touristes qu’aux populations locales (habitants du PNR et du département). Ses équipements et animations seront en grande partie mis en œuvre sur le site de Baume Obscure. Toutefois une partie sera mobile et exploitable chez nos partenaires ainsi qu’à l’occasion d’événements particuliers : Fête du PNR, Fête de Nature, Fête de la Science, …    

 

Equipements et outils de médiation scientifique

Les outils et moyens que nous mettons en place doivent répondre aux attentes d’un public de plus en plus exigeant. En 1996 le système de visite sans guide « Souterroscope » (une « bulle de lumière et de son » accompagne le visiteur) était un concept très novateur. Il l’est encore aujourd’hui pour la visite d’une grotte mais les équipements muséographiques ont évolué. En 2018 il est possible de faire appel à des technologies performantes et innovantes dans les domaines du son et de l’image : expositions sonores, images 3D ou en 360°, images en ultra haute définition , réalité virtuelle ou augmentée, morphing vidéo…   Par l’utilisation de ces supports nous voulons surprendre, provoquer des émotions, informer et sensibiliser les visiteurs tout en les distrayant, donner une image de modernité sans sacrifier pour autant les moyens de médiation les plus simples et les plus classiques (supports imprimés, panneaux, …)   Les outils de médiation que nous mettons en place sont les suivants :

Un sentier d’interprétation sonorisé et autoguidé (en forêt et en grotte) :

Parcours dont l’originalité est l’utilisation combinée de supports classiques (panneaux, livrets pédagogiques,…), de supports numériques (tablettes, smartphones) et de supports sonores. Ces derniers ont l’avantage, pour la partie extérieure, d’être exploitables sur d’autres sites du territoire.   Le circuit se distingue par la découverte du milieu souterrain grâce au « Souterroscope » (longueur 750 m – profondeur 60 m) auquel s’ajoute un parcours extérieur sous la forme d’un sentier karstique aménagé (longueur 850 m). Dans le parcours souterrain l’animation sons et lumières actuelle sera couplée à des projections sur parois (images classiques ou morphing vidéo).   Le sentier sera dans son ensemble accessible de jour (et de nuit en été) pour la découverte de la faune diurne et nocturne : écoute de mammifères, oiseaux, insectes, batraciens,… Les chauves-souris, par exemple, feront partie de cette exposition sonore (enregistrements des ultrasons émis par les espèces présentes localement). Dans certaines occasions l’équipement sera aussi utilisé pour des spectacles musicaux inspirés de la nature.

Le « Spéléorama » :

« Panoramique » de 9 m de longueur sur 2 mètres de hauteur composé de plus 300 photos assemblées pour présenter les différentes facettes de l’exploration et de l’étude scientifique des mondes souterrains.

Des structures adaptées pour l’accueil du public et pour l’organisation d’animations : les « Géodômes » :

En raison de leur localisation dans un secteur classé « espace naturel », la grotte de Baume Obscure et sa forêt ne peuvent disposer que d’une surface constructible limitée. Il en résulte la nécessité de faire appel à des structures légères, amovibles et mobiles pour recevoir nos visiteurs dans les meilleures conditions d’accès aux expositions, projections, animations diverses. Les dômes géodésiques (surnommés les « Géodômes ») répondent à ces besoins. Ils présentent de nombreux avantages : originalité par leur forme semi-hémisphérique qui évoque les grottes, grand espace autoportant sans pilier interne, grande résistance aux intempéries, facilité de montage, de démontage et de transportabilité, excellente acoustique. Ces dômes vont compléter l’offre de découverte, avant et/ou après les parcours dans la grotte et en surface. Ils serviront principalement d’auditorium, de salle d’exposition et de projection pour une immersion totale dans le son et dans l’image : exploitation de la réalité virtuelle ou de la réalité augmentée, projections en 3D, 360°… et même planétarium (complément aux animations nocturnes organisées en été : faune nocturne + observation du ciel au télescope). Grâce aux visites virtuelles de sites inaccessibles (grottes, canyons) nous donnerons la possibilité à tous publics, y compris aux personnes en situation de handicap et aux personnes âgées, de découvrir ces patrimoines cachés.

Les matériels et applications numériques :

Les visiteurs pourront télécharger sur tablettes et smartphones des jeux ainsi que des applications numériques alliant l’audio, l’image et le GPS pour s’informer et s’initier à la géologie locale, aux minéraux et fossiles, à la faune et à la flore, aux vestiges historiques et préhistoriques. Ces supports seront exploitables dans les « géodômes », dans les circuits souterrains et extérieurs ainsi que dans tous lieux d’accueil adaptés : salles de cinéma, auditoriums, salles de classe, ….

Les outils de communication et de promotion :

» La création et l’administration d’un site Internet centralisant toutes informations utiles (dont un agenda des activités et des événements).

» L’animation sur les réseaux sociaux (Facebook,…), par exemple avec l’organisation de jeux/concours à l’échelle du territoire.

» L’édition de brochures, de dépliants, de tous supports imprimés

Emploi et moyens humains

Du personnel qualifié et motivé :

Le monde souterrain, la spéléologie, la géologie, l’hydrologie et tous sujets qui s’y rattachent ont tendance à être considérés comme des disciplines et des sujets rébarbatifs, ennuyeux et donc réservés à des spécialistes, ce qui n’est bien sûr pas le cas avec une médiation adaptée passant par un langage accessible, par des histoires, par la notion de plaisir, voire de jeu (car jouer avec le public, c’est aussi l’amener au savoir d’une façon qui n’a rien de contraignant).   Aux moyens de médiation tels que décrits plus haut nous investissons dans du personnel compétent qui connait et maîtrise bien les sujets. Nos animateurs doivent ainsi transmettre leur savoir avec passion car la notion de plaisir partagé est à la base de tout projet de médiation.

Pin It on Pinterest

Share This